• Anglais
  • Français
  • Contributions
  • Denis Pansu
  • Une accélération au service de dispositifs locaux sur le lien entre qualité de l'air et santé

Une accélération au service de dispositifs locaux sur le lien entre qualité de l'air et santé

Produit éditorial
Une accélération au service de dispositifs locaux sur le lien entre qualité de l'air et santé

Synthèse de l'événement Respire ta ville des 10 et 11 décembre

Les 10 et 11 décembre, pendant la COP 21, quelques 60 innovateurs, professionnels de la santé et de l'environnement, acteurs territoriaux se sont rassemblés pour challenger des projets innovants autour de la santé et de la qualité de l'air lors d'un événement Respire ta ville « Accélérateur de projets ».

Initié par le Réseau des Villes-Santé de l’OMS, l’ADEME et la Fing, Fondation Internet Nouvelle Génération, le projet Respire ta Ville proposait, en effet, de créer un accélérateur afin de stimuler, révéler, connecter et accélérer des approches innovantes reliant santé et qualité de l’air.

Deux jours pour faire émerger de nouvelles réponses aux enjeux de santé liés à la qualité de l’air et au climat, en réponse aux 3 défis lancés par les villes :

Améliorer la qualité de l'air intérieur  Mesure et compréhension de la qualité de l'air  Agir autrement sur la qualité de l'air

Les Petits débrouillards, premier réseau national d‘éducation populaire à la science et par la science et d’éducation au développement durable, nous ont accueilli dans leur locaux, aux Grand Voisins. Ce nouveau lieu, situé dans les anciens bâtiments de l'hôpital Saint-Vincent de Paul, à deux pas de Denfert-Rochereau, bruissait d'événements et de rencontres profitant de la dynamique autour de la COP21.

Le temps de la rencontre

 

La première journée était consacré à la rencontre et la découverte mutuelle entre acteurs territoriaux et innovateurs :

 

 

Initiatives supports, espaces ressources pour les projets :

Un Barcamp, pendant lequel nous nous sommes intéressés aux approches "hétérodoxes" sur le lien entre santé et qualité de l'air, a favorisé les premiers échanges.

Les ateliers données et prise de décision, végétalisations et effets, pouvoir d'agir, smart city et nouvelles formes urbaines ont produit quelques idées et pistes de réflexion :

  • Communiquer la qualité de l'air dans la ville avec un message positif : des drapeaux hissés par les habitants 
  • Plus qu'une smart city, penser une ville pratique pour tous qui n'oublie pas les plus vulnérables
  • S'inspirer de l'expérience internationale pour l'éducation à la science, la collecte, la visualisation des données
  • Organiser des ateliers de proximité pour dialoguer avec les habitants, travailler ensemble autour de communs et de communication adaptée

Nous avons ensuite rejoint la Laverie des Grands Voisins, espace convivial doté d'une scène et d'un bar pour une présentation publique des projets innovants. Une scènes des possibles où chaque porteur disposait de 4 minutes pour éclaircir le positionnement du projet et sa valeur usage. C'est en effet "en inventant des usages qu'on change le monde", rappelle Charlotte Marchandise, présidente du Réseau français des villes santé de l'OMS.  

Le temps de la construction

 

Le deuxième jour préparait l'action.

Accélérateur Respire ta ville jour 2

Plusieurs tables de proposition permettait d'engager une construction : comment mettre le potentiel de transformation des projets au service des villes santé ? Une invitation pour celles-ci à accélérer/ détourner les projets des innovateurs. 

Porteurs de projets et acteurs territoriaux se sont ensuite réunis par groupes pour produire des scénarios qui pourraient contribuer à l'agenda des solutions COP21 :

  • Organiser des rencontres conviviales dans les quartiers autour de la qualité de l'air, vendre des gâteaux pour acheter des capteurs
  • Valoriser les actions de quartier et afficher Respire ta ville sur les immeubles qui ont réalisé des mesures et actions
  • Rester vigilant sur la qualité de l'information diffusée et sur ce que ça peut créer en inégalités d'accès ou d'usage
  • Afficher l'information de la qualité de l'air dans l'espace public, challenge écoles avec participation enfants et parents
  • Communiquer sur les récits de la façon dont l'information sur la qualité de l'air change les habitudes et les parcours 
  • Utiliser des capteurs sur les bus pour mieux connaître le territoire, en lien avec des lieux de médiation
  • Outiller habitants et acteurs intermédiaires pour créer des groupes de pression et favoriser l'action individuelle et collective
  • Inclure les information de qualité de l'air dans les pass de bus et valoriser la part positive des transports en commun pour l'air
  • Montrer les bénéfices réalisés et mobiliser les professionnels de santé, en s'appuyant sur des réseaux participatifs réactifs air/pollens
  • Trouver de nouvelles formes de financement qui permettraient de ne pas monétariser les données, les protéger et les anonymiser

Une journée dense et riche au terme de laquelle les Villes-santé se sont engagées pour proposer des terrains publics d'expérimentation à certains projets, dans la mesure de leurs possibilités. Le Réseau Villes-Santé et l’ADEME présenteront les expérimentations engagées lors des Assises de la Qualité de l’Air à l’automne 2016.

Retrouvez tout l'accélérateur en tweets et en images :


Veuillez vous connecter pour contribuer.
Si vous n'avez pas encore de compte, c'est très rapide ! Créer mon compte de contributeur Transitions²